À Monsieur le Directeur de Castillon -

J'avais déja signé la lettre à l'empereur quand j'allais voir Mr. de Humboldt, dans les mains duquel se trouvait justement la dite lettre pour la signature. En l'examinant encore une fois, nous commençâmes à douter de deux choses: 1mo si la lettre était assez proprement transcrite pour être presentée à l'Empereur, et 2do si l'expression "Le seul monument qui pourrait meriter l'honneur d'etre emporté comme un trophee etc" n'etait pas trop claire; et s'il ne valait pas mieux de laisser l'expression telle qu'elle se trouve dans la minute — Effectivement je cherchois d'eviter avec soin toute expression directe: d'emporter: - je craignais à donner de l'ombrage, et je croyais qu'il valait mieux, d'envelopper la chose dans une espece de clair-obscur. De plus: Le vainqueur ne pourroit-il pas laisser ce beau trophée entre nos mains justement comme un souvenir et de sa victoire et de sa grandeur? -

C'est par ces raisons que nous avons pris la liberté d'arrêter la circulation interieure, et de vous prier, de voulair bien faire transcrire la lettre encore une fois. Pardonnez et nos doutes, et l'incommodité que nous vous faisons.

le 23 Nov. 1806.

Hirt

Du reste c'est Mr. de Müller qui se chargera de faire parvenir la lettre à sa majesté.

__________________________________________________________________________________________________________

Antwortschreiben Castillons:

L'honneur d'un trophée n'est pas français, & je doute beaucoup au'un français saississe ce que Monsieur Hirt veut exprimer par cette expression: les honneurs du trophée vaudrait beaucoup mieux & est autorisé par l'usage, vu que l'on dit très-bien les honneurs | 2 du triomphe, les honneurs de la guerre. Je propose donc les honneurs du trophée. Si cependant Monsieur Hirt, regardant tout ceci comme des subtilités de puriste, préfere la premiere expression telle quelle, je le prie de la rétablir dans l'original & dans la copie, & d'envoyer ensuite le tout, pour abrèger, à Monsieur Frentzel, quoique j'avoue qu'il me paraîtrait un peu honteux qu'une Académie, dont la langue essentielle est la française, ne sut pas s'exprimer correctement en cette langue.
Berlin le 24 Novembre 1806
de Castillon

Je suppose que l'on adopte l'adresse courte & simple que j'ai proposée.